BlogHotel.orgAccueil | Créer un blog | Imprimer la page Imprimer | Blog hasard Au hasard | Chercher des blogs Rechercher | Entrer dans le chat du blog Chat | | Jeux Jeux | Adminitration et édition du Blog Manager



Artiste magicien

8/10/2013 - Un nouveau petit tour pour aller plus loin

Je vais maintenant donner ici un petit tour qui nous permettait de conserver, pour les séances de salon, ce titre de « Secret de contrebande » tout en étant beaucoup moins brillant, il produisait cependant un effet suffisant ; en tous cas, ainsi présenté, il peut être exécuté par tous, dans n'importe quel endroit. Il s'exécute à la suite d'un tour dans lequel on a emprunté le chapeau d'un spectateur. Par exemple, à la suite du tour du dé passant dans le chapeau. Une servante à la chaise est placée derrière le dossier d'une chaise à gauche du public et l'artiste saisissant le chapeau, placé ouverture en haut sur le siège, le renverse pour en faire tomber le dé plein. Puis, au moment où il reprend le dé, de la main gauche, il s'appuie légèrement de la main droite qui tient le chapeau sur le dossier de la chaise et en profite, pendant qu'il montre le dé, pour charger d'une seule main, un verre placé sur la servante (ouverture vers le fond).

C'est un verre inversable double, contenant un liquide rouge, qui se charge, comme les boulets, en maintenant le chapeau avec le pouce et l'index, et en enlevant le verre avec les trois autres doigts glissés à l'intérieur. Ici se place le boniment du « Secret de contrebande et prenant un verre ordinaire, semblable au premier, l'artiste le remplit de vin et le place sur la table du milieu, sur une assiette. On emploie, ici, l'assiette avec trou au centre, comme précédemment, mais l'assiette n'est pas indispensable. Sous l'assiette se trouve un trou, dans la table, avec poche de la profondeur voulue, capitonnée autour, et garnie au fond d'une éponge.

Le reste du tour va de soi. L'artiste couvre le verre (placé sur l'assiette, à côté du trou) avec un foulard contenant un disque de carton et en glissant le verre un peu en arrière le fait tomber dans la table : l'éponge amortit le choc et absorbe les quelques gouttes de liquide qui sautent hors du verre. Dès lors, le prestidigitateur n'ayant plus en main qu'un foulard vide, figurant la présence du verre, grâce au disque de carton, n'a plus qu'à secouer le foulard pour faire disparaître le verre, et le retrouver clans le chapeau, où il est déjà.

Un magicien Ain, au Musée Grévin, exécutait ce tour en chargeant dans le chapeau, non un verre trompeur, mais un vrai verre, avec du vin dedans retenu par un couvercle en caoutchouc (comme l'eau des bocaux de poissons), mais cette charge, qu'il exécutait supérieurement, est de beaucoup plus difficile, pour passer inaperçue, et exige une grande dextérité et une parfaite sûreté de main.

Mais ceci lui permettait d'avoir dans le deuxième verre une fausse alliance, suspendue à un S, comme dans le tour de ROBERT-HOUDIN (en dessous de la couverture de caoutchouc).
Ayant emprunté une alliance, l'artiste magicien professionnel ( suivre le lien)  la changeait contre une fausse qu'il suspendait dans le premier verre (celui qui disparaît dans la table) et gardait la vraie sur lui. Puis, à la fin du tour, il décrochait la fausse alliance du deuxième verre, et lui substituait la vraie, au moment de la rendre au public. De cette façon, l'identité du verre semblait aussi irréfutable que dans le tour de ROBERT-HOUDIN. Mais: je le répète, ce magicien était un as, d'une adresse et d'une vivacité uniques, et ces manipulations passaient, avec lui, complètement inaperçues.

Commentaires (0) :: Lien Permanent

4/7/2012 - Un tour de cartes et de foulard

Effet du tour

magicien et automateOn fait mystérieusement apparaître deux foulards blancs qui  sont donnés à tenir par l'assistant, celui-ci étant du côté gauche de la scène pour  les spectateurs. Un foulard vert est à son tour magiquement produit et déposé  sur la table à droite.
 
 L'opérateur montre alors un bol qu'il remet également à l'assistant. Les deux foulards sont maintenant noués ensemble et placés dans le  bol. Le foulard vert, pressé entre les mains du prestidigitateur,  disparaît pour être retrouvé un moment plus tard noué entre les deux foulards  blancs dans le bol.


Une petite boîte (coffret à l'oiseau) est maintenant montrée  vide et tenue par l'assistant. Un jeu de cartes est présenté et l'opérateur,  priant les spectateurs d'appeler un nombre, compte les cartes une par une sur  la table, s'arrêtant au nombre demandé. La dernière carte est alors montrée et  déposée dans la boîte tenue par l'assistant.


Une feuille de papier (21x30) est roulée en cylindre et les  trois foulards poussés dedans. Le tube est maintenant pointé vers la boîte, un  pistolet, pris sur la table, déchargé au travers, puis le cylindre est déroulé,  déchiré en morceaux, les trois foulards ont disparu. Le magicien les sort de la  boîte et la carte choisie est trouvée liée dans le centre du foulard vert.  La combinaison ci-dessus forme une intéressante série  d'effets et peut être recommandée soit pour le salon, soit pour la scène.

Préparatifs du tour de magie

Un jeu de cartes avec un duplicata de la carte à forcer
  •   Six foulards- blancs et trois foulards verts
  • Le coffret à l'oiseau
  • Un pistolet
  • Une feuille de papier (21 X3o)
  • Un « tube aux foulards
  • Un petit bol
  • Un tirage « tête de harengfoulards


Ces objets sont ainsi disposés :

A)        Un des  foulards verts est noué entre deux blancs, le tout est roulé en boule de façon  à bien dissimuler le foulard vert, puis placé derrière le bol qui se trouve sur  la table.

  B)        Trois autres  foulards sont attachés ensemble comme les précédents, mais le duplicata de la  carte à forcer est noué dans le foulard vert. Foulards et cartes sont  maintenant placés dans le double fond du coffret à l'oiseau à la place  qu'occupe d'ordinaire le canari. Le coffret est alors placé sur la table.

  C)        Les trois  foulards restant sont alors disposés de la manière suivante :
  1er foulard blanc : Roulé en boule, prêt  pour la  première production.
  2e foulard blanc : A l'un des angles est fixé un fil  noir d'environ trois centimètres de longueur avec un nœud à l'extrémité. Le  foulard est dissimulé devant soi sous là ceinture, le fil pendant, invisible.
  Foulard vert : Celui-ci est roulé en boule et placé à  gauche, sous l'habit.

  D)        La feuille  .de papier est placée sur la table, le tube aux foulards est dissimulé derrière  elle comme dans le cas des « foulards changeant de couleur ».
  Le pistolet est également placé sur la table.

  E) Sur le jeu de cartes doit se trouver la carte à forcer,  semblable au duplicata noué entre les foulards.

  F) Le tirage tête de hareng est placé à la manière  ordinaire.

Présentation

magicienLe magicien ou la magicienne (cela peut arriver)  arrive tenant à l'empalmage le foulard blanc qu'il produit après quelques mots de présentation. Le foulard est alors secoué  et étalé pour montrer qu'il est seul et unique de son espèce. Dans ce mouvement, la main droite vient à proximité du second foulard caché sous la ceinture et s'emparant du fil, tire ce foulard hors de sa cachette sous le couvert du premier, tordant aussitôt les foulards ensemble (l'assistance pense qu'il n'y en a qu'un). Les mains sont alors séparées, chacune d'elle emportant  un foulard. Il semble alors aux spectateurs que le foulard blanc se soit séparé  en deux.

Les foulards sont passés à l'assistant (à droite du magicien) avec la main gauche, la main droite s'emparant du foulard vert  sous le couvert de ce mouvement. Le prestidigitateur se retourne, faisant face  à l'auditoire, et exécute le change sur la paume (comme s'il s'agissait d'une  bille de billard), afin de montrer les mains vides. Il fait ensuite apparaître  le foulard vert qu'il dépose sur la table à sa gauche.

S'emparant du bol sur la table, le magicien empalme en même  temps la boule de foulards cachée derrière. Il donne alors le bol au servant et  lui reprend les deux foulards blancs attache ensemble en avant soin de ne pas  laisser apercevoir à l'assistance la boule de foulards cachée dans sa main.

Les deux foulards noués ensemble sont roulés en, boule et  tenus dans la main gauche. La main droite passe maintenant devant emportant ces  deux foulards et laissant à leur place le paquet des trois. Cette substitution  est analogue au changement de couleur qui se fait avec des billes de billard,  mais dans le cas présent aucun changement n'est observé par l'assistance.
Le magicien se retourne pour placer les trois foulards  dans le bol tenu par le servant, ce pendant  qu'il cache dans son habit les foulards empalmés.

Le foulard vert est alors pris sur la table à gauche pendant  que l'autre main s'empare in ostensiblement du tirage « tête de hareng ». Rien de  plus facile maintenant que de faire disparaître le foulard (les foulards sont  ensuite sortis du bol, déroulés et le foulard vert apparaît noué entre les deux  blanc)s. Comme ils sont sans préparation, ils peuvent être remis à l'examen.


On présente alors le jeu de cartes qu'on mélange en ayant  soin de laisser sur le dessus la carte à forcer. Le nombre choisi ayant été  appelé à haute voix l'artiste compte une à une les cartes sur la table jusqu'à  ce qu'il soit arrivé au nombre choisi.
Ramassant alors le paquet formé sur la table l'opérateur  fait par glissage passer dessus la dernière carte du paquet (carte à forcer)  sous prétexte d'égaliser celui-ci. Il prend ensuite cette carte, la montre  comme étant celle qui se trouvait au nombre choisi et l'enferme dans le «  coffret à l'oiseau », après que celui-ci a été montré vide.


En remettant cet appareil aux mains du servant, le magicien  fait jouer le ressort libérant le volet mobile qui vient cacher la carte tandis  que les foulards cachés dans le double fond sont mis à découvert.
La feuille de papier est alors roulée en cylindre, les  foulards demeurés sur la table poussés à l'intérieur, en réalité clans le tube  spécial introduit dans le cylindre sous le couvert des foulards puis dans le  mouvement de prendre le pistolet sur la table, on laisse glisser sur la  servante le tube secret chargé des foulards.
L'opérateur pointe maintenant le cylindre de papier vers la  boîte et fait feu à travers. Le papier déroulé est montré vide tandis que le  servant, ouvrant le coffret, en fait tomber les foulards, la carte choisie se  trouvant nouée au centre du foulard vert.

Lien Permanent

<- Précédent :: Suivant ->

A Propos

Une passion, la magie a découvrir.

Liens

Accueil
Voir mon profil
Archives
Amis
Artistes
A voir
Email Moi

Amis