BlogHotel.orgAccueil | Créer un blog | Imprimer la page Imprimer | Blog hasard Au hasard | Chercher des blogs Rechercher | Entrer dans le chat du blog Chat | | Jeux Jeux | Adminitration et édition du Blog Manager



Des Livres et Nous

Accueil - Profil - Archives - Amis

Pierre Loti "Fantômes d'Orient"

Posté le 4/12/2006 à 20:23 sur Visites culturelles - 0 Commentaires - Lien

 

Pierre Loti "Fantômes d'Orient" au MUSEE DE LA VIE ROMANTIQUE
16,rue Chaptal Paris 9ème

Vendredi 1er décembre 2006 / Visite à 15 heures - Groupe : 6 personnes                                  


L'exposition met en correspondance des textes extraits des romans de Pierre Loti (Aziyadé, Pêcheur d'Islande, le Désert, Prime jeunesse, Fantôme d'Orient...) avec une centaine d'oeuvres: peintures, objets... Constantinople, Alger, l'Egypte, le désert du Sinaï, une invitation au voyage.



La mer "Devant moi, quelque chose apparaissait, quelque chose de sombre et de bruissant qui avait surgi de tous les côtés en même temps et qui semblait ne pas finir ; une étendue en mouvement qui me donnait le vertige mortel.... C'était d'un vert obscur presque noir ; çà semblait instable, perfide, engloutissant ; ça remuait et ça se démenait partout à la fois avec un air de méchanceté sinistre". Pierre Loti Le Roman d'un enfant 1890




(Théodore Gudin)


"Un charme dont je ne me déprendrai jamais m'a été jeté par l'islam, au temps où j'habitais la rive du Bosphore, et je subis de mille manières ce charme-là, même dans les choses, dans les dessins, dans les couleurs, jusque dans ces vieilles fleurs de rêve qui sont naïvement peintes sur les faïences de mes murs". Pierrre Loti Fantôme d'Orient 1892



(Eugène Fromentin)


Le désert "Ce n'est pas l'environnement languide des nuits tropicales ; c'est bien autre chose de plus oppressant et de plus occulte : c'est la tristesse innomée des pays musulmans et du désert. L'immobilité de l'Islam et la paix et la mort sont épandues partout. .. Et il y a un charme très indicible à se tenir là, muets et blancs comme des fantômes à la belle lune d'Arabie".  Pierre Loti, Le Désert  1895



(Eugène Fromentin)


L'Odalisque "Le plancher disparaît sous des nattes et d'épais tapis, tout le luxe du logis... Un divan très bas et des coussins qui traînent à terre composent à peu près tout l'ameublement de cette chambre, empreinte de la nonchalance sensuelle des peuples d'Orient". Pierre Loti



(Ange Tissier)


Nous terminons cet aperçu de l'exposition avec un dessin de Julien Viaud alias Pierre Loti qui embarque en 1869, comme aspirant de 2ème classe, à bord du vaisseau le Jean- Bart et découvre l'Ile de Pâques.







Visite le 9/6/2006 de la maison de Chateaubriand

Posté le 12/6/2006 à 16:42 sur Visites culturelles - 0 Commentaires - Lien

 

 

 

 

 

 

Départ 14 heures de Viroflay du groupe comprenant 17 personnes

Rendez-vous au salon de thé de la maison de Chateaubriand située dans la vallée aux Loups à Chatenay Malabry.


En 1807, Chateaubriand rentre de son itinéraire en Terre Sainte. Il a rompu avec Napoléon et, décidé de s'installer avec son épouse Céleste dans un lieu "désert" dénommé la Vallée-aux-Loups, il transforme la maison de jardinier construite à la fin du XVIIème siècle. Dans cet ermitage, il commence les Mémoires de sa vie, rédigés dans la tour dite "Velléda", publie les Martyrs, l'Itinéraire de Paris à Jérusalem, et écrit les Aventures du Dernier Abencérage


Lectures dans le parc "A mon retour de la Terre Sainte, j'achèterai près du hameau d'Aulnay une maison de jardinier, cachée parmi les collines couvertes de bois. Le terrain inégal et sablonneux descendant de cette maison n'était qu'un verger sauvage au bout duquel se trouvaient une ravine et un taillis de châtaigniers. Cet étroit espace me parut propre à renfermer mes longues espérances..."

 

 

 

 

16 heures visite guidée de la maison : les cariatides et colonnes sur la façade datent de Chateaubriand suite à un voyage en Grèce. La tapisserie fleurie qui recouvre les murs d'un des salons est la reproduction à l'identique de celle choisie par l'écrivain. Et quelques chaises, couleur vert turquoise, ont réellement fait partie de son mobilier.

Visite de l'exposition temporaire intitulée :

« Chateaubriand en Orient. Itinéraire de Paris à Jérusalem. 1806-1807 » 

Nouvelles lectures dans le parc dont un extrait d'Attala mis en parallèle avec Le Cantique des Cantiques...

Extrait d'Attala : "Il est dans les extrêmes plaisirs, un aiguillon qui nous éveille, comme pour nous avertir de profiter de ce moment rapide ; dans les grands douleurs, au contraire, je ne sais quoi de pesant nous endort ; des yeux fatigués par les larmes cherchent naturellement à se fermer, et la bonté de la Providence se fait ainsi remarquer, jusque dans nos infortunes. Je cédai, malgré moi, à ce lourd sommeil que goûtent quelquefois les misérables. Je rêvais qu'on m'ôtait mes chaînes ; je croyais sentir ce soulagement qu'on éprouve, lorsque, après avoir été fortement pressé, une main secourable relâche nos fers.

 

Une journée ensoleillée qui nous a permis de profiter de l'ombre de nombreuses espèces d'arbres dont les graines ont été mises en terre par Chateaubriand lui-même : "Mes arbres, étant encore petits, ne recueillaient pas les bruits des vents de l’automne ; mais, au printemps, les brises qui haleinaient les fleurs des prés voisins en gardaient le souffle, qu’elles reversaient sur ma vallée"

 

Départ 18 heures.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             

 


« Précédent :: Suivant »