BlogHotel.orgAccueil | Créer un blog | Imprimer la page Imprimer | Blog hasard Au hasard | Chercher des blogs Rechercher | Entrer dans le chat du blog Chat | | Jeux Jeux | Adminitration et édition du Blog Manager

LE BLOG DE L'HISTOIRE CONTEMPORAINE

• 4/2/2006 - 1919 Wilson et la paix juste et durable

1919
 
Woodrow Wilson peut-il faire une paix juste
et durable sans la Russie ?
 
Le point de vue d'un diplomate américain



        « A l’Honorable Woodrow Wilson, Président des Etats-Unis. Mon cher Président.

    J’ai remis, aujourd’hui, ma démission de sous-directeur au département d’Etat, attaché à la Commission américaine chargée des négociations de paix. J’ai été l’un des millions d’hommes qui ont eu implicitement toute confiance en vos qualités de chef, et cru que vous n’accepteriez rien de moins qu’une “paix permanente” fondée sur une “justice généreuse et impartiale”. Or notre Gouvernement a maintenant consenti à livrer les peuples souffrants du monde à des oppressions, asservissements et démembrements nouveaux —à un siècle de guerres futures. Et je ne peux plus me persuader qu’un travail efficace pour un “nouvel ordre du monde” soit possible en demeurant au service de ce gouvernement.

    La Russie, “cette preuve concluante de la bonne volonté”, pour moi comme pour vous, n’a même pas été comprise. Les décisions injustes de la Conférence en ce qui concerne (…) le Tyrol, la Thrace, la Hongrie, la Prusse orientale, Dantzig, la vallée de la Sarre, (…) rendent de nouveaux conflits internationaux inévitables. Je suis convaincu que la Société des Nations actuelle sera impuissante à les empêcher, et que les Etats-Unis y seront entraînés par les obligations prises dans le Pacte de la Société et l’accord spécial conclu avec la France.

    Nul n’ignore que vous vous êtes personnellement opposé à la plupart des dispositions injustes, et que vous ne les avez acceptées que sous la pression des circonstances. Je suis cependant convaincu que si vous aviez mené votre lutte à ciel ouvert et non derrière des portes fermées, vous auriez pu résister aux pressions et établir “l’ordre international nouveau, fondé sur les principes libéraux et universels du bien et de la justice” dont vous nous parliez. Je regrette que vous n’ayez pas mené votre combat jusqu’au bout, et que vous ayez eu si peu de foi en ces millions d’hommes de toutes les nations qui, comme moi-même, avaient confiance en vous.»

    Très sincèrement vôtre, William C. Bullitt.

Source : Sigmund Freud et William C. Bullitt, “Le président Wilson, portrait psychologique”,
Paris, 1967, éd. A/Michel, collection 10/18, n°832, pp.410-412.

:: Envoyer à un Ami!

A Propos

Histoire des révolutions du XXè siècle. Révolutions. Totalitarismes. Décolonisation. Transformations sociales et culturelles

Liens

Accueil
Voir mon profil
Archives
Email Moi


Historic
Mapero
Baroque et Rococo
Wodka
Des Cartes
La route des fresques
Michelet
Sfumato
Article 45 sur 59
Précédent | Suivant